Image univers CinéTFO Image univers CinéTFO

CinéTFO

Retrouvez le meilleur du cinéma sur CinéTFO! Profitez de notre sélection de films offerts gratuitement pour (re)découvrir des classiques et des oeuvres incontournables du cinéma d'auteur contemporain. Pour la programmation en ondes, consultez le Passeport CinéTFO!

Partager

Vidéo transcription

Gina

Gina, danseuse de club appréciée et aimée de tous, est attaquée en pleine nuit dans sa chambre de motel par un groupe de fêtards qui la molestent violemment. À son tour, elle requiert des criminels pour se venger de ceux qui l’ont agressée.



Réalisateur: Denys Arcand
Acteurs: Céline Lomez, Claude Blanchard, Frédérique Collin
Année de production: 1975

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

video_transcript_title-fr

Dans un garage, un PERCHISTE aide un ASSISTANT CAMÉRAMAN à déposer de l'équipement de tournage cinématographique à l'intérieur du coffre d'une voiture. «Office national du cinéma» est inscrit sur la portière côté conducteur.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Passe-moi un hockey.


PERCHISTE

Tiens.


Le RÉALISATEUR et le CAMÉRAMAN observent la scène. Le PRODUCTEUR entre dans le garage, rejoignant le reste de l'équipe. Le PRODUCTEUR s'accote sur un trépied de caméra.


PERCHISTE

(S'adressant au PRODUCTEUR)

(Agrippant le trépied)

Excuse.


RÉALISATEUR

(S'adressant au PRODUCTEUR)

Qu'est-ce qu'il y a?


PRODUCTEUR

Le commissaire général

m'attend à son bureau

dans dix minutes.


CAMÉRAMAN

Dans dix minutes,

on va être partis.


PRODUCTEUR

Où est-ce que vous allez?


RÉALISATEUR

À Louiseville.


PRODUCTEUR

Si je dis ça au commissaire,

il va grimper dans les rideaux.


CAMÉRAMAN

Il sait grimper,

l'ostie de face de singe.


RÉALISATEUR

On peut pas finir un film

sur les textiles

sans aller à Louiseville.


PRODUCTEUR

Justement, il est

pas fini, ce film-là.


Dans une cuisine, GINA déjeune pendant qu'une DANSEUSE pousse des cris apeurés au fond de la pièce. La DANSEUSE est ensuite allongée de force par un homme sur une table, le nez ensanglanté.


PIERRE

(S'adressant à la DANSEUSE)

Quand je signe un contrat

avec un hôtel, je m'engage

à fournir une danseuse

du mardi au dimanche soir.

Pis quand tu pars

avec un client le vendredi,

t'es pas là pour donner ton

(mot_etranger=EN]show[/mot_etranger)

le samedi

ni le dimanche.

Pis c'est moi

qui ramasse la marde.

La marde, j'aime pas ça.

Comprends-tu ça?


La DANSEUSE essaye de se relever, mais l'homme la repousse violemment sur la table. PIERRE sort une liasse de billets de banque d'un sac à main. PIERRE compte les billets, pendant que GINA observe la scène.


DANSEUSE

(S'adressant à PIERRE)

Mon ostie.


L'homme relève la DANSEUSE de la table. Un deuxième homme frappe la DANSEUSE au visage. GINA intervient.


GINA

Eille, c'est assez, là.

Eille!


Les deux hommes relâchent la DANSEUSE. Dans la cuisine, GINA soigne le visage ensanglanté de la DANSEUSE à l'aide d'un linge. PIERRE entre dans la cuisine.


PIERRE

Gina.


GINA

Quoi?


PIERRE

Le train pour Louiseville

part dans une demi-heure.


GINA

Où est-ce que

je m'en vais?


PIERRE

Au château.


Générique d'ouverture


Titre :
Gina


GINA regarde par la fenêtre du train les paysages enneigés de la campagne environnante de Louiseville. BOB est assis non loin de GINA.


Au même moment, TITEL attend à la gare, couché sur sa motoneige.


Dans le train, un CONTRÔLEUR parcourt l'allée du wagon.


CONTRÔLEUR

Billets, s'il vous plaît.

(langue_etrangere=EN)

Tickets, please.

(/langue_etrangere)

Hé, t'es chic à matin, le Bob.


BOB

Hein! Ben, imagine-toi donc

que je viens de rencontrer

les fonctionnaires

du gouvernement.

Tu sais qu'on va avoir

85 000 piastres

pour nos pistes de skidoo.

Initiative locale.

Ça va faire

la deuxième année qu'on a ça.


CONTRÔLEUR

T'es sur le bon bord.


BOB

Ah, qu'est-ce que tu veux.

Dans ces affaires-là,

il faut savoir patiner.

Qu'est-ce que tu veux,

t'as le trois quarts du monde

qui sont sur le chômage.

À part de ça, le textile,

ils ont slaqué 200 personnes.


CONTRÔLEUR

C'est la même chose

partout, mon vieux.


Le CONTRÔLEUR continue sa route dans le wagon. BOB et GINA s'échangent un regard.


Plus tard, GINA et BOB descendent du train arrêté en gare. TITEL rejoint BOB, pendant que GINA monte à bord d'un taxi.


BOB

Salut, mon Titel!


TITEL

Salut. Ça va?


BOB

Ça marche numéro 1.


TITEL

Oui?


BOB

Oui, oui. Ha, ha, ha!


Le taxi quitte la gare.


TITEL

(Regardant le taxi s'éloigner)

T'étais pas tout seul

sur le train.


BOB

Non, monsieur.


Sur sa motoneige, TITEL poursuit le taxi. Le taxi se stationne devant un hôtel, à côté de la voiture de l'équipe de tournage.


GINA entre dans le lobby de l'hôtel et se dirige directement au comptoir, passant auprès du RÉALISATEUR et des trois autres membres de son équipe. MARCEL est accoudé derrière le comptoir.


MARCEL

(S'adressant à GINA)

Ma femme est en train

de préparer ta chambre

en haut de l'escalier.


GINA

OK.


RITA est dans la chambre, faisant le lit. GINA rejoint RITA dans la chambre.


GINA

C'est ma chambre, ça?


RITA

C'est la chambre

de la danseuse.


GINA quitte la chambre et retourne rejoindre MARCEL dans le lobby. RITA termine le lit en soupirant.


GINA

Je couche pas là, moi.

Je veux un des motels

en arrière.


MARCEL

C'est réservé

pour les clients.


GINA fait les yeux doux à MARCEL. MARCEL tend une clé à GINA.


MARCEL

Correct, prends le dernier

motel au bout.

Mais s'il y a du monde, tu vas

être obligée de déménager.


GINA

Sur le contrat,

vous êtes supposés

de me nourrir pis me loger,

pas me loger comme un chien.


MARCEL

Les chiens,

ils couchent dehors.


GINA

Oui, mais ils dansent pas,

tes chiens.


GINA quitte le lobby.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

(S'adressant à MARCEL)

Ça doit être plus chaud,

le motel, hein?

Je pense que je vais

prendre un motel.


GINA est à l'extérieur, s'apprêtant à entrer dans sa nouvelle chambre. Au loin, elle aperçoit TITEL sur sa motoneige, passant sur la route devant le motel.


Plus tard, le RÉALISATEUR, le PERCHISTE, le CAMÉRAMAN et l'ASSISTANT CAMÉRAMAN sont attablés au restaurant de l'hôtel. RITA prend leurs commandes.


PERCHISTE

Je prendrais un Negroni,

s'il vous plaît.


RITA

Ah, je pense pas

qu'il y en ait.


RÉALISATEUR

(Souriant malicieusement)

Pourriez-vous me faire

un [mot_etranger=EN]Between the Sheets

(/mot_etranger)

?

ASSISTANT CAMÉRAMAN

(Souriant malicieusement)

Moi, je vais prendre

un [mot_etranger=EN]Yellow Bird

(/mot_etranger)

.

CAMÉRAMAN

Quatre petites Molson.


RITA

Quatre Molson?


RITA quitte la table.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

(Chuchotant au CAMÉRAMAN)

Quatre petites Molson?


CAMÉRAMAN

Quatre petites Molson.


GINA entre dans le restaurant, prenant place à une table non loin de l'équipe de tournage. À l'aide de sourires complices, le RÉALISATEUR et le CAMÉRAMAN encouragent l'ASSISTANT CAMÉRAMAN à aller à la rencontre de GINA. L'ASSISTANT CAMÉRAMAN se lève de table et se dirige vers GINA.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Vous voulez pas venir

vous asseoir avec nous autres?


GINA

(Acquiesçant)

Hum-hum.


GINA s'assied à la table de l'équipe de tournage, suivie par l'ASSISTANT CAMÉRAMAN.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Comme ça, c'est vous qui êtes

la nouvelle danseuse?


GINA

(Acquiesçant)

Hum-hum.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Faites-vous un bon

(mot_etranger=EN]show[/mot_etranger)

?

GINA

J'espère que ça va être

à votre goût.


RITA arrive et dépose des bouteilles de bière sur la table.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Prenez-vous quelque chose?


GINA

Non, merci.


RITA quitte.


GINA

Faites-vous de la musique,

vous autres?


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Pourquoi vous demandez ça?


GINA

Vous avez l'air

des gars d'orchestre.


Plus tard, l'ASSISTANT CAMÉRAMAN est dans la rue, installant une caméra sur un trépied. CAROLE et TITEL conduisent leurs motoneiges tout en s'approchant de l'ASSISTANT CAMÉRAMAN.


CAROLE

Eille! Filmez-vous

pour le canal 20?


ASSISTANT CAMÉRAMAN

C'est ça.


CAROLE

Vous voulez pas m'interviewer?


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Pas tout de suite.


CAROLE

Quand est-ce que

ça passe, ça?


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Dimanche soir à minuit.


CAROLE

Eille, vous devriez venir

à notre local de skidoo.

C'est un bateau.

Vous avez jamais vu ça, hein?


ASSISTANT CAMÉRAMAN

On va y aller, mais là,

vous nous empêchez de filmer;

vous faites trop de bruit.


TITEL

L'autre bord de la rue.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Donnez-nous une chance.

On peut pas filmer, nous autres.


CAROLE

Va donc chier!


CAROLE et TITEL quittent.


Plus tard, l'équipe de tournage filme une entrevue avec MONSIEUR CARPENTIER, devant une usine.


MONSIEUR CARPENTIER

Ça s'est passé...

le 11 décembre 1952.

On était en grève depuis

le commencement du mois de mars.

Vers 7 heures du matin,

on est arrivés pour faire

du piquetage comme d'habitude

devant la grande

barrière là-bas.

Tout d'un coup, les portes

de l'usine se sont ouvertes

puis on a vu sortir

la police provinciale.

L'escouade anti-subversive.

La compagnie les a fait

rentrer durant la nuit.

Ils nous ont lancé des gaz...

lacrymogènes, là.

Ils se sont jetés sur nous

autres avec leurs matraques.


Une voiture de police se stationne tout près de l'équipe de tournage.


MONSIEUR CARPENTIER

Avant de perdre connaissance,

moi, j'ai eu le temps de

les voir sortir leur revolver

et commencer à tirer

dans la foule.


Un POLICIER sort de son véhicule.


POLICIER

(S'adressant au RÉALISATEUR)

Bonjour.

Pour qui est-ce que

vous travaillez monsieur?


Le CAMÉRAMAN cesse de filmer MONSIEUR CARPENTIER, pour ensuite braquer sa caméra sur le RÉALISATEUR et le POLICIER.


RÉALISATEUR

Pour l'Office national du cinéma.


POLICIER

Dans quel but est-ce

que vous filmez ici?


RÉALISATEUR

On fait un film sur le textile.


POLICIER

Est-ce que vous avez

demandé la permission

à la compagnie pour

filmer l'usine ici?


RÉALISATEUR

Non, non, pas dans ce cas-ci.


POLICIER

On vient justement

de nous téléphoner.


RÉALISATEUR

La [mot_etranger=EN]Textile[/mot_etranger]

vous a téléphoné pour savoir

ce qu'on faisait ici?


POLICIER

Oui.


RÉALISATEUR

Est-ce qu'ils sont inquiets?


POLICIER

Non. Ils veulent savoir

le pourquoi de la chose.

C'est leur droit,

ils sont les propriétaires.

Est-ce que je peux voir

votre permis de conduire

et l'enregistrement du véhicule?


RÉALISATEUR

Oui, Attendez.


Le CAMÉRAMAN déplace sa caméra vers la main du PERCHISTE, filmant un petit carton avec le chiffre 27 inscrit dessus.


PERCHISTE

27 pour la

(mot_etranger=EN]cut[/mot_etranger)

de la fin.

Le CAMÉRAMAN se remet à filmer MONSIEUR CARPENTIER.


MONSIEUR CARPENTIER

On a lu dans les journaux

que c'était les grévistes

qui avaient

attaqué la police.

Le premier ministre a condamné

l'usage de la violence.

Pis le syndicat, ben...

Il a été aboli.

Et puis...

Un mois après,

tout le monde rentrait.

Mais la compagnie,

elle a été obligée de donner

une augmentation

de 1 cent et demie de l'heure.

Mais... Moi, j'ai perdu ma job.

Ça fait rien,

j'ai été chanceux pareil.

J'ai été chanceux de me trouver

une job, une bonne job.

Je fais le ménage

dans les écoles la nuit

pour la Commission scolaire.

J'ai lu dans le journal,

voilà pas longtemps,

que le capitaine qui dirigeait

l'escouade en 1952 icitte,

il vient d'être nommé directeur

général de la Sûreté du Québec.

C'est drôle, hein?


MONSIEUR CHABOT sort de l'usine et se dirige vers l'équipe de tournage.


MONSIEUR CHABOT

Bonjour, les gars.


RÉALISATEUR

Bonjour, monsieur.


MONSIEUR CHABOT

(S'adressant à MONSIEUR CARPENTIER)

Bonjour, monsieur...?


MONSIEUR CARPENTIER

Carpentier.


MONSIEUR CHABOT

Ah oui... Ça va bien,

Monsieur Carpentier?


MONSIEUR CARPENTIER

Pas mal, merci.


MONSIEUR CHABOT

Je m'aperçois que

j'ai eu des problèmes

avec nos policiers municipaux.


RÉALISATEUR

Oui.


MONSIEUR CHABOT

C'est ma secrétaire qui les a

appelés. Elle est un peu zélée.

Je peux-tu vous

demander sur quoi

vous êtes en train

de faire un film?


RÉALISATEUR

Oui, c'est un film

sur les textiles.


MONSIEUR CHABOT

Ah, textiles!

Ah, c'est intéressant, ça.

Vous êtes de Radio-Canada?


RÉALISATEUR

Non, non, de l'Office

national du cinéma.


MONSIEUR CHABOT

Ah bon. Si je vous demande ça,

c'est parce que j'ai des bons

amis, moi, à Radio-Canada.

Mais écoutez,

on est pas pour rester ici.

Venez donc au bureau, là.

Il y a Monsieur Freeman,

notre gérant général qui

aimerait ben ça vous rencontrer.


RÉALISATEUR

Bon, bon. Maintenant, disons

dans... dans une demi-heure?

Parce que maintenant,

il faut passer à notre hôtel.


MONSIEUR CHABOT

Une demi-heure? D'accord.

À tantôt, les gars.


MONSIEUR CHABOT retourne à l'usine. Le RÉALISATEUR pousse un sifflement.


Plus tard, le RÉALISATEUR, GINA et le reste de l'équipe sont dans une chambre d'hôtel. Le RÉALISATEUR ajuste sa cravate en se regardant dans un miroir. L'ASSISTANT CAMÉRAMAN fume un joint avec GINA.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

(langue_etrangere=EN)

He's going to be so nice.

(/langue_etrangere)


CAMÉRAMAN

(langue_etrangere=EN)

A young, clean French Canadian.

(/langue_etrangere)


RÉALISATEUR

Riez pas

de mon habit de noces.


GINA

Il a l'air d'un

(mot_etranger=EN]pimp.[/mot_etranger)


ASSISTANT CAMÉRAMAN

C'est un [mot_etranger=EN]pimp.[/mot_etranger]

RÉALISATEUR

(langue_etrangere=EN)

Where is my attaché-case?

(/langue_etrangere)


Le RÉALISATEUR prend une mallette placée sur le lit.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

(langue_etrangere=EN)

Not again!

(/langue_etrangere)


CAMÉRAMAN

Ça marchera pas

tout le temps, ça.


RÉALISATEUR

(langue_etrangere=EN)

It always works.

(/langue_etrangere)


Plus tard, le RÉALISATEUR rencontre MONSIEUR FREEMAN dans son bureau. MONSIEUR CHABOT assiste à la rencontre.


MONSIEUR FREEMAN

(langue_etrangere=EN)

To tell you the truth,

I find it a little unusual

that we weren't notified

of your arrival.

(/langue_etrangere)


RÉALISATEUR

(langue_etrangere=EN)

In fact, we have

a very loose schedule.

Mind you, we always notify

our production office,

but they are civil servants.

And maybe they forgot

to notify in turn your own

head office in Montreal.

You know how it is

with civil servants.

(/langue_etrangere)


MONSIEUR FREEMAN

(langue_etrangere=EN)

Yes.

As a matter of fact, I just

called the head office myself

and they seem to be aware

of your project.

(/langue_etrangere)


MONSIEUR FREEMAN porte un cigare à sa bouche. MONSIEUR CHABOT s'empresse de sortir un briquet pour allumer le cigare de MONSIEUR FREEMAN.


MONSIEUR FREEMAN

(langue_etrangere=EN)

They even told me

that you interviewed

our president, Mr. Prince.

(/langue_etrangere)


RÉALISATEUR

(langue_etrangere=EN)

Oh yes, a very good interview.

He's such a...He's so articulate.

(/langue_etrangere)


MONSIEUR FREEMAN

(langue_etrangere=EN)

Yes, you can say

that, I guess.

(/langue_etrangere)


RÉALISATEUR

(langue_etrangere=EN)

Yeah, so articulate.

What we would like to do here

is a few general

shots of the plant

and maybe a couple of interviews

with members of the management.

And some... some workers.

(/langue_etrangere)


Le RÉALISATEUR rejoint le CAMÉRAMAN et l'ASSISTANT CAMÉRAMAN à l'extérieur de l'usine.


CAMÉRAMAN

Pis?


RÉALISATEUR

Pardon.

(langue_etrangere=EN)

We did it again.

(/langue_etrangere)


ASSISTANT CAMÉRAMAN

(Heureux)

(langue_etrangere=EN)

Sweet talk of you.

(/langue_etrangere)


RÉALISATEUR

(langue_etrangere=EN)

OK now,

let's go in and fuck them.

(/langue_etrangere)


ASSISTANT CAMÉRAMAN

(mot_etranger=EN]Yeah.[/mot_etranger)


Plus tard, le CAMÉRAMAN filme un carton avec le chiffre 39 inscrit dessus. [PERCHISTE

39.


Le CAMÉRAMAN entre dans l'usine de textile, filmant au passage des travailleurs s'affairant sur des machines en opération. MONSIEUR CHABOT accompagne l'équipe, serrant des mains de travailleurs devant la caméra qui le filme.


Le CAMÉRAMAN filme DOLORÈS en train de travailler sur une machine à coudre.


Plus tard, DOLORÈS et deux autres travailleuses sont installées devant la caméra, en attente de se faire interviewer par l'équipe de tournage.


MONSIEUR CHABOT

Bon, les petites filles,

faites-nous pas honte, là, hein?

Pour une fois que vous avez

la chance de faire du cinéma,

il y en a peut-être une

qui va devenir une vedette.

On le sait jamais, hein.


RÉALISATEUR

Monsieur Chabot.


MONSIEUR CHABOT

Oui?


Le RÉALISATEUR amène MONSIEUR CHABOT à l'écart.


RÉALISATEUR

Est-ce qu'on pourrait aller

dans votre bureau? J'aimerais ça

qu'on prépare un peu l'interview

qu'on va faire tantôt.


MONSIEUR CHABOT

Oui, oui, oui, mais...


RÉALISATEUR

C'est mieux quand un interview

est préparé d'avance.

Ça va vous donner le temps

de réfléchir.


MONSIEUR CHABOT

Oui, mais c'est parce que...


RÉALISATEUR

Les gens sont nerveux,

vous savez ce que c'est...


MONSIEUR CHABOT

Non, mais

je pourrais pas attendre...?


Le RÉALISATEUR et MONSIEUR CHABOT quittent la salle. Le RÉALISATEUR lance un regard complice vers le CAMÉRAMAN. Le CAMÉRAMAN filme les trois travailleuses.


DOLORÈS

Monsieur Chabot nous a annoncé ça

tout bonnement de même

qu'à la fin du mois de mars,

il était pour renvoyer

190 employés.

70 femmes et 120 hommes

à cause de la modernisation

et des changements

de production.

On a rien dit sur le coup,

on est resté trop bête.


Le CAMÉRAMAN filme ensuite la TRAVAILLEUSE.


TRAVAILLEUSE

Le centre de la main-d'oeuvre,

il a été ben bon pour moi.

Ils m'ont tout de suite

trouvé une place en Ontario.

Mais je parle pas l'anglais.

Une fois arrivée là-bas,

qu'est-ce qui nous dit

qu'ils nous mettrons pas dehors

au bout de six mois?

Pis, arrivée

dans la nouvelle usine,

il faut prendre des machines

que les autres veulent pas.

0,90$, 1$ de l'heure.

À 40$ par semaine,

quand on est six à la table...

L'été, on peut

toujours s'arranger,

mais l'hiver, on vit mince.

Pis retourner

laver des planchers,

je ne suis plus capable.

Je vieillis.


Le CAMÉRAMAN filme DOLORÈS.


DOLORÈS

Ben moi, j'attends

qu'ils nous mettent dehors

pis je m'en vais à Montréal.

Mon fiancé est déjà rendu.

D'ailleurs, ici,

je ne suis plus intéressée.

Les salaires

sont pas assez élevés

pis les emplois sont trop rares.

Dans les petites villes,

quand il y a seulement

une ou deux usines,

si on est renvoyé, il y a pas

de possibilité d'aller ailleurs.

La preuve de ce que je dis,

c'est qu'ils sont obligés

de faire venir des Espagnols

pour travailler la nuit.


CAMÉRAMAN

Des quoi?


DOLORÈS

Des Espagnols.

Ils les font venir

d'Amérique du Sud.

Vous les avez pas vus?


Plus tard, plusieurs travailleurs d'origine latine sont installés devant le RÉALISATEUR et GINA. L'un des travailleurs s'exprime en espagnol devant eux. GINA traduit les propos pour le RÉALISATEUR.


GINA

Hum...

Ça a l'air que

c'est un nommé Chavez

qui travaillait pour

une compagnie américaine

qui est allé

chez eux en Colombie

pis qui les a engagés

pour venir travailler ici.


RÉALISATEUR

Pis, demande-lui s'il y a

d'autres Colombiens

qui travaillent dans le textile

ici ou aux États-Unis.


GINA s'adresse au travailleur en espagnol. Le travailleur latino répond à GINA en espagnol. GINA traduit les propos pour le RÉALISATEUR.


GINA

Ça a l'air

qu'il y en a un peu partout.

Il y en a en Caroline du Nord,

New Jersey,

Boston, New York,

mais il est pas sûr qu'à

New York, c'est dans le textile.


Le travailleur reprend la discussion, en espagnol. GINA traduit de nouveau les propos pour le RÉALISATEUR.


GINA

Oh, ils font à peu près

125$ par semaine,

pis le reste, 85$ clair.


RÉALISATEUR

Ils doivent déduire

leur billet d'avion.


GINA

C'est la même chose

qu'ils faisaient là-bas

pis il trouve ça

pas pire en tout cas.

C'est la même job, tu sais.


Plus tard, l'ASSISTANT CAMÉRAMAN et GINA jouent au billard. Le RÉALISATEUR et le CAMÉRAMAN sont attablés tout près. BOB et TITEL entrent dans la pièce.


BOB

(langue_etrangere=EN)

Where is everybody?

(/langue_etrangere)


BOB se rapproche de la table de billard.


BOB

Ouin, vous avez un gros jeu.

Il y a-tu quelqu'un qui veut

jouer avec nous autres?

(Regardant le RÉALISATEUR et le CAMÉRAMAN)

Jouez-vous, vous autres?


CAMÉRAMAN

Jouez donc avec eux autres.


GINA

(S'adressant à BOB)

On en joue une, nous autres,

tous les deux.


TITEL

La partie sera pas ben longue.


GINA dépose un billet de banque sur la table.


GINA

(déposant le billet sur la table)

Longue comme ça.


BOB dépose à son tour des billets sur la table.


BOB

C'est vrai que les danseuses,

ça fait ben de l'argent.


TITEL imite BOB en déposant de l'argent sur la table.


TITEL

Ah, c'est quasiment pas juste.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Je vais être obligé

de suivre, c'est ça?


L'ASSISTANT CAMÉRAMAN dépose de l'argent sur la table.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Attendez-moi une minute.


L'ASSISTANT CAMÉRAMAN va récupérer une queue de billard dans la voiture de l'équipe de tournage. De retour à l'intérieur, l'ASSISTANT CAMÉRAMAN assemble la queue en vissant les deux embouts ensemble.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Dix boules?


BOB

Dix boules.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

On tire pour la casse?


BOB

Non, non, cassez, vous autres.


TITEL

On est pas pressé.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Veux-tu casser?


GINA

Non, vas-y.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

(langue_etrangere=EN)

Call shot.

(/langue_etrangere)


BOB

(langue_etrangere=EN)

Call shot.

(/langue_etrangere)


L'ASSISTANT CAMÉRAMAN se penche sur la table, donnant un faible coup pour débuter la partie. Les boules bougent à peine.


BOB

Pas capable de casser

comme un homme?

Montre-lui donc, Titel.


TITEL se penche sur la table à son tour, frappant la boule blanche avec force. Les boules se dispersent sur la table. Une boule s'empoche.


TITEL

Bon, ben, ça en fait une.


GINA

L'avais-tu callée?


TITEL

Comment ça callée?


GINA

On vient de le dire:

(langue_etrangere=EN)

«Call shot».

(/langue_etrangere)


GINA se penche vers la table, se préparant à jouer un coup.


GINA

La 5 au

(mot_etranger=EN]side.[/mot_etranger)


GINA frappe la boule, qui s'empoche.


GINA

La 12 au coin.

La 2.


GINA frappe la boule, qui s'empoche.


GINA

La 1 en haut au coin.


GINA frappe la boule, qui s'empoche.


GINA

La 12 au

(mot_etranger=EN]side.[/mot_etranger)


GINA frappe la boule, qui s'empoche.


GINA

La 7 par la 15 dans le coin.


GINA frappe la boule, qui s'empoche.


GINA

La 10 probablement.

La 10 dans le

(mot_etranger=EN]side.[/mot_etranger)


La boule frappe la bordure de la poche, continuant de rouler sur la table.


GINA

5 à 0.


BOB s'installe pour jouer son premier coup.


BOB

La 15 par la 3.


BOB frappe la boule, qui s'empoche.


BOB

La 4 dans le coin.


BOB frappe la boule, qui s'empoche.


BOB

La 13 au centre.


BOB frappe la boule, qui s'empoche.


BOB

Oui, 5 à 3.

La 14 dans le coin.


BOB frappe la boule, qui s'empoche.


BOB

5 à 4.

Va chercher le

(mot_etranger=EN]rack[/mot_etranger)

, Titel.

La 11 dans le coin.


TITEL donne à BOB une baguette râteau à BOB, l'aidant à réussir un coup plus difficile. La boule s'empoche.


BOB

Va porter ça, Titel.

La 3 dans le coin.


BOB frappe la boule, qui s'empoche.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

(S'adressant à GINA)

5 à 5?


GINA

Hum.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Tu me donnes quoi

si je la fais?


GINA

Je te donne un bec.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

(langue_etrangere=EN)

How can I miss?

(/langue_etrangere)


L'ASSISTANT CAMÉRAMAN frappe la boule, qui s'empoche. L'ASSISTANT CAMÉRAMAN inscrit ensuite le mot «baiser» sur un tableau noir, suivi d'une barre. L'ASSISTANT CAMÉRAMAN joue ensuite son prochain coup. La boule s'empoche.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

6-5.


L'ASSISTANT CAMÉRAMAN joue son prochain coup. La boule s'empoche.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

7-5.


L'ASSISTANT CAMÉRAMAN dessine une autre barre sur le tableau.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

La 10 au

(mot_etranger=EN]side.[/mot_etranger)


L'ASSISTANT CAMÉRAMAN frappe la boule, qui s'empoche.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

8-5.


L'ASSISTANT CAMÉRAMAN dessine une autre barre sur le tableau.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

La 9 au coin

et la 8 dans le même coin.


L'ASSISTANT CAMÉRAMAN frappe la boule, qui s'empoche.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

9-5.


L'ASSISTANT CAMÉRAMAN empoche la boule numéro 8.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

10-5.


Frustré, TITEL lance sa baguette sur la table. L'ASSISTANT CAMÉRAMAN échange un regard complice avec le reste de son équipe.


GINA

(S'adressant à BOB)

Ça vous a coûté 20$.

Ça vous tente pas

d'en jouer une autre?


BOB

Une autre fois.


GINA donne de l'argent à l'ASSISTANT CAMÉRAMAN. BOB et TITEL quittent la salle. GINA et l'équipe de tournage célèbrent leur victoire.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

(S'adressant à CAMÉRAMAN)

Hein? Hein? La 8...


RÉALISATEUR

Ah, c'était beau.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

C'est pas de la marde.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

(Regardant le tableau)

Tu m'en dois cinq.

Tu me les donneras à soir.


Plus tard, RITA et GINA discutent dans une cuisine. RITA donne des patins à glace à GINA.


RITA

J'ai même trouvé

ceux de ma soeur.


GINA

Bon, ben, c'est parfait.

Vous allez pouvoir venir

avec nous autres.


RITA

Ah, ben, je sais pas

par exemple.


GINA

Il y a pas un chat

dans l'hôtel

pis votre mari est là.


RITA

Le premier garçon

qui est sorti avec moi,

il jouait au hockey junior A

pour Trois-Rivières.


GINA

(Acquiesçant)

Hum!


Plus tard, l'équipe de tournage joue au hockey sur une patinoire extérieure. L'ASSISTANT CAMÉRAMAN discute avec GINA, les deux étant accoudés à un but de hockey.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Es-tu mariée, toi, Gina?


GINA

Non.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

As-tu un ami?


GINA

(Acquiesçant)

Hum-hum.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Comment est-ce

qu'il s'appelle?


GINA

Ricky. T'es-tu marié, toi?


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Ouin.


GINA

As-tu des enfants?


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Non.


Le PERCHISTE rejoint l'ASSISTANT CAMÉRAMAN et GINA.


GINA

Pis toi, es-tu marié?


PERCHISTE

(Acquiesçant)

Hum-hum.


GINA

As-tu des enfants?


Le PERCHISTE répond en levant un doigt en l'air.


GINA

(Regardant CAMÉRAMAN)

Pis lui, il est-tu marié?


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Il dit que non,

mais dans le fond,

c'est pareil comme si.


Le CAMÉRAMAN patine vers le but.


CAMÉRAMAN

C'est vous autres

qui le dites, ça.


Le RÉALISATEUR s'approche du but.


GINA

Je suppose que

lui aussi est marié?


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Lui aussi.


RÉALISATEUR

Qu'est-ce qu'il y a, là?


GINA

Ça fait ben

des hommes mariés, hein?


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Mariés... On en fait pas

une maladie.


GINA

Vous êtes pas fidèles.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Fidèle? Voyons donc.


RÉALISATEUR

Fidèles. Certain

qu'on est fidèle. Hein?


GINA

Moi, je suis fidèle.


Le CAMÉRAMAN et RITA patinent ensemble.


RITA

(S'adressant au groupe)

On devrait aller patiner

sur la rivière.


GINA, RITA et l'équipe de tournage patinent sur la rivière, se dirigeant vers un chalutier abandonné coincé dans la glace. TITEL est posté sur le pont du bateau.


TITEL

(S'adressant à l'ASSISTANT CAMÉRAMAN)

Vous travaillez fort,

vous autres!


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Vous autres aussi.


TITEL

On fait pas les salaires

de Radio-Canada, nous autres.


GINA, RITA et l'équipe de tournage retournent patiner. Pendant ce temps, DOLORÈS et d'autres travailleurs quittent l'usine après leur quart de travail.


Plus tard, l'équipe de tournage s'apprête à filmer une entrevue avec DOLORÈS. Tous sont attablés dans une cuisine.


PERCHISTE

(Parlant dans son micro sur la perche)

Bobine 50.


Le CAMÉRAMAN filme DOLORÈS.


DOLORÈS

Je suis venue au monde

sur une ferme

dans le bas du fleuve.

Proche des frontières du Maine.

On était 12 à la maison.

Là, mon père a décidé

d'abandonner ça

pour s'en venir

travailler dans le textile.

Après la grande grève,

mon père est mort

pis il a fallu que

je commence à travailler.

J'avais seulement 13 ans.

Mais vu que j'étais orpheline,

ça a été plus facile

pour le permis de travail.

Le premier matin

que je suis arrivée à l'usine,

le patron,

un gros patron, m'a dit:

«As-tu de l'expérience?

Qu'est-ce que tu sais faire?»

J'y ai dit carrément

que je savais rien faire,

même pas enfiler une aiguille.

Là, il m'a répondu: «Qu'est-ce

que tu fais ici à matin?»

Alors, je lui ai dit:

«Si vous me le montrez,

je vais pouvoir l'apprendre.

Je suis pas plus folle

que les autres.»

Comme il a vu

que j'étais sérieuse,

que j'étais pas là

pour m'amuser,

il s'est assis à côté de moi

pendant toute une journée,

de 7 heures du matin à 5 heures

du soir. On faisait la journée,

neuf heures d'ouvrage.

Pis, il m'a tout expliqué

la machine morceau par morceau.

Au début, je trouvais ça

ben compliqué.

J'étais terriblement nerveuse

pis je comprenais rien.

Mais c'est comme ça que j'ai

commencé à apprendre la couture.

Après un an, le gérant

est venu me voir pour me dire:

«T'es jeune, t'as encore

le temps d'apprendre.»

J'avais 14 ans.

«On va te mettre

sur la

(mot_etranger=EN]flatlock[/mot_etranger)


GINA installe une affiche sur un panneau tout près de l'enseigne du motel, pendant que DOLORÈS continue son entrevue. L'affiche montre GINA prenant une pose sexy.


DOLORÈS

La [mot_etranger=EN]flatlock[/mot_etranger],

c'est la machine

la plus compliquée

de l'industrie.

Ça m'a donné

terriblement mal dans le dos.

J'arrivais chez nous le soir,

j'étais tellement énervée

pis fatiguée que je n'étais

plus capable de manger.

Je voulais voir personne,

je me renfermais

dans ma chambre.

Je ne disais plus un mot.

En fin de compte, j'ai dit

à ma mère: «Ça sert à rien,

je ne suis plus capable,

je démissionne.»

Mais là, ma soeur qui

travaillait avec moi m'a parlé

et elle m'a dit

qu'il fallait pas lâcher,

qu'avec le temps, ça viendrait.

Fait que j'ai continué

pis j'ai fini par m'habituer.


Plus tard, RITA et le CAMÉRAMAN discutent dans le bar de l'hôtel. Le bar est vide.


RITA

C'est parce qu'avant

de me marier,

j'étais infirmière

à l'Hôtel-Dieu de Trois-Rivières

dans le bloc opératoire.

Avec les chirurgiens

pis les anesthésistes.

Marcel, lui, il était écoeuré

de voyager, ça fait que...

en se mariant,

on a fait le premier versement

sur l'hôtel ici.


LINDA entre dans la pièce.


LINDA

Bonsoir, madame.


RITA

Bonsoir.


LINDA croise MARCEL en se dirigeant vers les toilettes.


LINDA

Bonsoir, Marcel.


MARCEL

Allô.


MARCEL rejoint RITA et le CAMÉRAMAN au bar.


MARCEL

(S'adressant à RITA)

Je pense que ce serait l'heure

d'aller te changer.


RITA quitte la pièce.


CAMÉRAMAN

Votre femme,

elle a l'air fatiguée.


MARCEL

Bah! Les femmes,

c'est toujours fatigué.


LINDA sort des toilettes.


MARCEL

(mot_etranger=EN]Anyway[/mot_etranger)

,

c'est pas moi

qui l'ai forcée à faire ça.

Elle, elle voulait qu'on soit

ensemble tous les jours.

Je pouvais pas continuer à être

voyageur, tout le temps parti.

(mot_etranger=EN]Anyway[/mot_etranger)

, l'hiver passé,

j'ai dit à mon beau-frère:

«Viens prendre l'hôtel»,

pis je lui ai payé

un voyage à Hawaï.

Ben, t'aurais dû

la voir en revenant:

tout de suite à quatre pattes à

terre après laver les planchers.

Pis elle avait l'air

de bonne humeur.


RITA sort des toilettes, maquillée et portant des vêtements sexy. RITA rejoint le CAMÉRAMAN au bar. MARCEL quitte.


RITA

J'ai l'air folle, hein.

Il paraît que c'est mieux

pour les clients.


CAMÉRAMAN

Vous avez des belles jambes.


RITA sourit tout en étant gênée par le compliment.


Plus tard, le bar est devenu plus animé. MONSIEUR CHABOT est assis seul à une table. DOLORÈS et le RÉALISATEUR passent devant la table de MONSIEUR CHABOT, pour ensuite rejoindre GINA et le reste de l'équipe de tournage qui sont assis plus loin.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Bonsoir.


DOLORÈS

Bonsoir.


Le RÉALISATEUR présente GINA à DOLORÈS. Les deux s'assoient à la table. LINDA les rejoint.


RÉALISATEUR

Gina, Dolorès.


LINDA

Est-ce que vous voulez

quelque chose?


RÉALISATEUR

(S'adressant à DOLORÈS)

Euh... Qu'est-ce que

tu veux, toi?


DOLORÈS

Un gin-tonic.


RÉALISATEUR

Pis une petite Molson.

Vous faites pas ça ici

des [langue_etrangere=EN]

Between the Sheets

(/langue_etrangere)

?

LINDA quitte.


CAMÉRAMAN

(S'adressant à GINA)

Prendrais-tu un petit

(mot_etranger=EN]River[/mot_etranger)

?

Plus loin, MONSIEUR CHABOT demande à LINDA de venir le rejoindre, en lui faisant un signe de la main.


MONSIEUR CHABOT

Linda.


LINDA s'approche de MONSIEUR CHABOT.


MONSIEUR CHABOT

Va donc dire à la danseuse

que je veux lui payer un verre.

(Suppliant)

Hum?


Des motoneiges se font entendre à l'extérieur de l'hôtel. TITEL, BOB, CAROLE et d'autres motoneigistes entrent dans le bar de l'hôtel.


TITEL

(langue_etrangere=EN)

Where is everybody

(/langue_etrangere)

?

TITEL, BOB, CAROLE et les motoneigistes prennent place à une table directement en face de la scène, dans un certain chahut.


BOB

Eille, Linda.

Apporte donc 11, 12, 13, 14...

Apporte 30 grosses.

Ça va nous faire un fond.


LINDA

Pour moi, ton fond,

il est déjà pas mal fait.


CAROLE dévisage DOLORÈS, qui fuit le regard de CAROLE.


CAROLE

Regarde donc ça,

c'est Dolorès, ça.


BOB

Tu nous regardes pas

à soir, Dolorès?


TITEL

T'aimes mieux

les gars de la télévision?

Ils sont pas meilleurs

que nous autres, tu sais.


CAROLE

Ça, on va le savoir

demain matin.


TITEL

On va le dire à Jacques.


BOB

Il aimera pas ça.


CAROLE

Lui qui travaille

comme un chien pour te marier.


DOLORÈS, le CAMÉRAMAN et le RÉALISATEUR restent muets. L'ASSISTANT CAMÉRAMAN regarde en direction de GINA.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

T'as une belle blouse.


GINA

(Acquiesçant)

Hum-hum.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Tu sais-tu d'où

est-ce qu'elle vient?


GINA

De La chemiserie.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Avant ça.


GINA

Avant quoi?


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Avant La chemiserie.


GINA

Je sais pas.


L'ASSISTANT CAMÉRAMAN tâte la chemise de GINA.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

C'est du coton.


GINA

Oui.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Ça a été cousu

dans un

(mot_etranger=EN]sweatshop[/mot_etranger)

.

Peut-être par Dolorès.


DOLORÈS

C'est pas aussi beau

ce qu'on fait chez nous.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Pis avant ça,

il a fallu tisser le coton,

le peigner pis le carder.

Pis avant ça,

dans le Mississippi,

il y a un Nègre

qui a été obligé de le ramasser.


GINA

Coudonc, elle te fatigue-tu,

ma blouse?


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Non, non.


GINA

Inquiète-toi pas, je vais

l'enlever tout à l'heure.

Je suis payée pour ça.


Tous s'esclaffent. BOB regarde en direction de la table de GINA.


BOB

Ils sont drôles,

ces gars-là, par exemple.


TITEL

Ils sont smattes.


BOB

Nous autres,

on est pas smatte?


TITEL

Nous autres, on est plate.


GINA passe près de la table de BOB. BOB agrippe GINA par le bras.


BOB

Eille, Gina. Nous autres,

on est pas smatte?

Quand est-ce que tu nous

les montres, tes totons?


TITEL

J'espère que ça vaut la peine.


CAROLE

Moi, c'est les fesses

que j'ai hâte de voir.

Ça a l'air à être le genre

à faire de la cellulite, ça.


GINA

(S'adressant à CAROLE)

Ta petite soeur, elle en

fait-tu de la cellulite, elle?

(S'adressant à BOB)

Lâche-moi, ostie, toi!


GINA se défait de l'emprise de BOB et quitte. BOB donne une pièce de monnaie à TITEL.


BOB

Tiens, Titel,

mets 30 sous dans le jukebox,

va danser avec Carole.


TITEL

Pourquoi faire?


CAROLE

Comment ça?


BOB

La paix!


GINA est assise à la table de MONSIEUR CHABOT.


MONSIEUR CHABOT

Je suis un homme d'affaires,

je vais être direct.

Êtes-vous libre

après le spectacle?


GINA

Non.


MONSIEUR CHABOT

Disons que j'ai 100$ de trop.


GINA

Non merci, je sors pas.


MONSIEUR CHABOT

150$.


GINA

C'est pas une question

d'argent. Je sors jamais.


MONSIEUR CHABOT

Certain?


GINA

Certain.


MONSIEUR CHABOT

Dommage.

Je vous retiens pas.


GINA quitte la table de MONSIEUR CHABOT. MONSIEUR CHABOT transvide le contenu du verre de GINA dans le sien.


MARCEL est accoudé derrière le bar. GINA passe devant lui, et BOB bloque le chemin de GINA en se dressant devant elle.


BOB

Viens-tu danser?


GINA

Lâche-moi.


BOB

Marcel, dis à ta danseuse de

danser avec ton meilleur client.


MARCEL

Envoye, envoye,

Gina, va danser.


BOB et GINA dansent sur la scène, sous les encouragements des motoneigistes.


MOTONEIGISTE

Envoye, envoye, envoye!


L'ASSISTANT CAMÉRAMAN regarde GINA et BOB danser. L'ASSISTANT CAMÉRAMAN se lève de table et se dirige vers le jukebox. BOB caresse les fesses de GINA. Tout d'un coup, la musique cesse. BOB rejoint l'ASSISTANT CAMÉRAMAN à côté du jukebox.


BOB

(Frappant le jukebox)

Qu'est-ce qui arrive?


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Je sais pas.


BOB se penche et rebranche le jukebox.


BOB

Ce serait-tu un petit smatte

qui aurait «déplogué» ça?


ASSISTANT CAMÉRAMAN

J'ai aucune idée.


GINA entre en trombe dans les toilettes.


BOB

Gina!

La petite tabarnak!


TITEL rejoint BOB et l'ASSISTANT CAMÉRAMAN.


TITEL

Oui, ben, tu vas être obligé

de te faire ça

à la main, mon Bob.


L'ASSISTANT CAMÉRAMAN s'esclaffe et quitte.


Plus tard, GINA et DOLORÈS sont dans les toilettes, discutant tout en se maquillant devant un miroir.


GINA

Toi, combien

tu fais par semaine?


DOLORÈS

C'est jamais pareil.

Entre 75 et 80$.


GINA

Vous êtes payées à la pièce?


DOLORÈS

Oui.

Toi, combien tu fais?


GINA

Moi non plus,

c'est jamais pareil.

Entre 400, 450$.


DOLORÈS fait un sourire forcé à GINA, avant de quitter. GINA quitte les toilettes à son tour, portant des vêtements sexy. GINA choisit une chanson dans le jukebox, prenant ensuite place sur scène.


GINA danse de façon lascive, sous l'oeil ébahi des clients du bar.


TITEL

Envoye!

(langue_etrangere=EN)

Take it off!

Take it off!

(/langue_etrangere)


GINA dégrafe sa robe, laissant entrevoir sa poitrine.


GINA

Pis, c'est-tu à votre goût?


GINA termine sa première danse et va choisir une autre chanson.


PERCHISTE

Bon, je vais aller me coucher.

Salut. Bonsoir, Dolorès.

(S'adressant à l'ASSISTANT CAMÉRAMAN)

Tu me réveilleras demain matin.


Le PERCHISTE quitte.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Il est pas croyable.


GINA commence une autre danse, sa poitrine étant complètement dénudée. En alternance, on voit un extrait de l'entrevue donnée par DOLORÈS à l'équipe de tournage.


DOLORÈS

Quand on arrive

chez nous le soir,

on est fatigué.

On [mot_etranger=EN]feel[/mot_etranger]

pas pour

s'amuser, sauter, danser.

Le textile, c'est un domaine

qui vieillit une personne

avant le temps.

Quand on travaille,

il faut toujours essayer

de penser

à autre chose parce que...

si on pensait à l'ouvrage, on

travaillerait pas une semaine.

On viendrait

la tête à l'envers.

Mais moi,

tout ce que je demande,

c'est qu'un jour,

je puisse me permettre

d'avoir ce que

je souhaite avoir.

Un manteau neuf, un stéréo,

une voiture sport...

... avec des couleurs barbares:

le dehors argent,

le dedans noir.

Des vacances à Atlantic City.

Mais je souhaite pas être

millionnaire par exemple.

Parce que même si j'avais

un million en banque,

j'aurais pas le plaisir

que j'ai aujourd'hui.

D'accord, tu vas me dire

que j'ai de la misère,

que je travaille comme une

folle pour arriver à me payer

un manteau,

un meuble dans la maison...

... mais j'ai quand même

le plaisir de me dire

que c'est moi qui l'ai gagné,

ce meuble-là.

C'est moi, ça vient de moi.

C'est pas un autre

qui me l'a payé.

J'ai pas fait cet argent-là

sur le dos d'un autre

en essayant

d'abaisser quelqu'un.

C'est une satisfaction qu'on

a quand même d'être pauvre.


GINA continue sa danse, tout en retirant le bas de sa robe. GINA regarde DOLORÈS, qui fuit son regard.


GINA

Pis, Carole, la cellulite?


CAROLE regarde GINA, pantoise. GINA termine son numéro, sous les applaudissements polis des clients. GINA ramasse ses vêtements tout en quittant la scène.


RÉALISATEUR

Bon, ben, on va y aller.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

La soirée est jeune.


RÉALISATEUR

(Regardant DOLORÈS)

Elle travaille

à 7 heures demain matin.


DOLORÈS

Bonsoir.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Bonsoir.


DOLORÈS et le RÉALISATEUR quittent le bar. GINA passe près de la table de BOB.


BOB

Veux-tu t'asseoir

avec nous autres?


GINA prend place entre BOB et TITEL. [BOB

Qu'est-ce que tu bois?


GINA

Du gin.


BOB

Linda, apporte-lui un double.


L'ASSISTANT CAMÉRAMAN se lève et passe près de GINA.


TITEL

Gina, Gina, on fait ben

des farces avec ça,

mais au fond,

on t'haït pas, tu sais.


BOB

Moi, personnellement, c'est

le meilleur

(mot_etranger=EN]show[/mot_etranger)

de danseuse

que j'ai jamais vu.


GINA

Comme ça, vous avez aimé ça?


CAROLE

Hum! Ils sont encore crampés.


BOB

Veux-tu te fermer,

toi, Carole.


CAROLE

Dis-y donc tout de suite

que tu veux la mettre,

ça va aller plus vite.


GINA se lève, mais BOB l'agrippe par le bras.


BOB

Eille, crisse,

je t'ai payé un verre,

tu vas le boire

avec nous autres.


GINA se rassied.


CAROLE

Dis-lui donc que tu l'aimes.


BOB

Toi, Carole,

je vais te placer.


L'ASSISTANT CAMÉRAMAN repasse près de GINA. TITEL lui fait un croc-en-jambe, projetant l'ASSISTANT CAMÉRAMAN au sol. Les esprits s'échauffent dans le bar, plusieurs clients s'empoignant violemment. GINA quitte la table, et MARCEL tente de calmer BOB.


MARCEL

Eille, pas de bataille icitte!

Je veux pas avoir de trouble

avec la police provinciale!


BOB

(Regardant l'ASSISTANT CAMÉRAMAN)

Mon petit sacrament, toi!


MARCEL

Bob, prends sur toi,

oublie ça.


L'ASSISTANT CAMÉRAMAN rattrape GINA à la sortie du bar.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Gina.

Tu me dois encore cinq becs.


GINA

Ah, t'avais juste

à les prendre tout à l'heure

quand je te les ai offerts.

Là, je m'en vais me coucher.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Toute seule?


GINA

Certainement.


GINA quitte vers sa chambre de motel, dans la nuit froide. Pendant ce temps, LINDA est assise à la table de MONSIEUR CHABOT.


MONSIEUR CHABOT

Je te promets qu'on reviendra

pas plus tard que 3h.

Je vais te donner 35$.


LINDA

Payez-moi tout de suite.


MONSIEUR CHABOT

T'as pas confiance?


LINDA

Je me rappelle

de la dernière fois.


MONSIEUR CHABOT

Ben oui, mais la dernière

fois, t'as rien fait.


LINDA

Je fais pas

n'importe quoi, moi.


MONSIEUR CHABOT donne de l'argent à LINDA.


MONSIEUR CHABOT

Bon, c'est correct,

c'est correct.

Je vais t'attendre

dans mon char.


GINA est dans sa chambre, buvant un verre tout en écoutant la radio.


ANIMATEUR RADIO

Cette nuit,

le mercure descendra

aux environs de 0 tandis

qu'on prévoit pour demain

un maximum de 20 degrés.

Voici maintenant l'horaire

de la journée de demain.

À 8 heures, ouverture, horaire

et notre premier

bulletin de nouvelles.


On frappe à la porte.


GINA

Qu'est-ce qu'il y a?


MARCEL

C'est Marcel.


GINA ouvre la porte, laissant MARCEL entrer dans la chambre.


GINA

Qu'est-ce qu'il y a?


MARCEL

Je veux vérifier

ton thermostat.

(Ajustant le thermostat)

C'est pas trop froid?


GINA

C'est correct.


MARCEL

Tu sais,

si ça devient trop chaud,

t'as juste

à baisser le contrôle.

T'as pas besoin d'autre chose?


GINA

Non, merci.


MARCEL

Il faut pas que tu te gênes.


GINA

Ta femme va te chercher, là.


MARCEL

Bonsoir. À demain.


MARCEL quitte. GINA verrouille la porte de la chambre, et fume une cigarette devant la coiffeuse.


ANIMATEUR RADIO

7 heures 30, Le ranch à Willie,

8 heures, Vedettes en direct,

9 heures, les grandes productions

qui mettent à l'affiche

Entrée de service,

comédie avec Michael Craig,

Anne Heywood

et James Robertson Justice.

10 heures 30, téléjournal

et nouvelles du sport.

11 heures, Appelez-moi Lise.

Minuit, cinéma de minuit

qui présente

Fiançailles à l'italienne,

comédie avec Nino Manfredi,

Pamela Tiffin et Ugo Tognazzi.

1 heure 30, dernier bulletin

de nouvelles

et fin des émissions.


Le bruit de plusieurs motoneiges se fait entendre. Soudainement, les moteurs des motoneiges s'arrêtent. Effrayée, GINA se dirige vers la fenêtre. En ouvrant le store, GINA aperçoit des motoneigistes cagoulés.


Apeurée, GINA se réfugie dans la salle de bain. Les motoneigistes défoncent la porte de la chambre. GINA tente de se sauver par la fenêtre de la salle de bain, mais les motoneigistes l'empêchent de se sauver.


À tour de rôle, les motoneigistes violent GINA. BOB, TITEL et CAROLE font partie du groupe de motoneigistes. En alternance, le PERCHISTE lit un livre dans sa chambre.


TITEL

Je suis pas capable.

Je sais pas ce qui se passe,

je suis pas capable.


CAROLE s'agenouille devant TITEL, lui faisant une fellation.


CAROLE

(Se relevant)

Envoye, vas-y. T'es capable.


TITEL s'étend sur GINA, la violant à son tour, sous le regard de CAROLE.


CAROLE

C'est ça.

OK, c'est ça, c'est ça.

C'est ça...


Plusieurs motoneigistes quittent la chambre. GINA est toujours étendue sur le lit.


GINA

Suivant,

(mot_etranger=EN]next[/mot_etranger)

.

BOB est le seul motoneigiste restant dans la chambre.


BOB

Sais-tu...

Ça ne me dit plus rien.


BOB quitte. Perturbée, GINA referme la porte de sa chambre derrière lui.


GINA est recroquevillée dans la douche, sous le choc, laissant l'eau lui couler sur le corps.


Plus tard, DOLORÈS et le RÉALISATEUR sont installés dans une cuisine, regardant une série de photos montrant des hommes alités portant divers pansements.


DOLORÈS

Ça, c'est pendant

la grande grève.


RÉALISATEUR

La police, elle a-tu tiré

sur les grévistes?


DOLORÈS

Ben oui.


RÉALISATEUR

Ils tiraient dessus?


DOLORÈS

Ben oui.

Tu vois, tiens, regarde,

tu vois, le poste de police.


La photo montre la façade du poste de police. Un panneau est affiché sur la façade.


RÉALISATEUR

Ah, pis le syndicat,

c'était en haut. Oui, oui.

Tiens.

(Lisant le panneau)

«Si l'ouvrier

ne sauve pas l'ouvrier,

«qui donc le sauvera?

Nos droits envers

et contre tous.»


Une photo montre un local complètement saccagé.


DOLORÈS

C'est dans

le local du syndicat.


RÉALISATEUR

Ah, la police est allée là.


DOLORÈS

Oui, après. Il y avait

des grévistes qui étaient restés

dans le local

et ils sont allés...

Ils les ont sortis

par la fenêtre.

Quelque chose du genre,

je sais pas.


Une photo montre une cuisine désordonnée.


DOLORÈS

Ça, c'est dans

une maison privée, ça.

Les femmes des grévistes,

après avoir été au local.

Elles étaient allées dans...


RÉALISATEUR

La police est allée

dans les maisons?


DOLORÈS

Oui.


RÉALISATEUR

Pis après ça, toi, t'es allée

travailler pour eux autres.


DOLORÈS

Chut! Pas si fort.

Tu vas réveiller tout le monde.


On frappe à la porte. DOLORÈS laisse entrer JACQUES. Les deux s'échangent plusieurs baisers.


DOLORÈS

Qu'est-ce que tu fais là?


JACQUES

Je travaille pas demain.

Je suis venu te voir.


DOLORÈS

C'est Jacques, mon fiancé.


RÉALISATEUR

Salut.


JACQUES

Salut.


RÉALISATEUR

Bon, ben,

je vais vous laisser.

Je vais emporter

l'album de photos.

On va le filmer demain.


DOLORÈS

OK. Fais-lui attention.


Le RÉALISATEUR quitte. Plus tard, après avoir garé la voiture, le RÉALISATEUR croise le CAMÉRAMAN et l'ASSISTANT CAMÉRAMAN.


RÉALISATEUR

Êtes-vous paquetés?


ASSISTANT CAMÉRAMAN

(Déçu)

Hum...


RÉALISATEUR

Tu peux-tu me réveiller

à 10 heures demain matin?


ASSISTANT CAMÉRAMAN

OK.


RÉALISATEUR

Gina, elle?


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Elle est partie se coucher.


Au petit matin, GINA quitte sa chambre en courant, rejoignant une cabine téléphonique sur le bord d'une route. GINA discute au téléphone.


Plus tard, l'équipe de tournage s'attable au restaurant de l'hôtel. La radio se fait entendre dans le restaurant. GINA est assise seule un peu plus loin. L'ASSISTANT CAMÉRAMAN va la rejoindre.


ANNONCEUR RADIO

... dans la zone

du canal de Suez.

À son départ de Washington,M. Kissinger s'est dit confiant

de voir se rétablir rapidement

les conditions

de sécurité internationale.

Le président de la Banque

mondiale, M. Robert McNamara,

a déclaré hier soir...


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Viens-tu t'asseoir

avec nous autres?


GINA

Laisse-moi tranquille.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Qu'est-ce qu'il y a?


GINA

Laisse-moi tranquille.


Confus, l'ASSISTANT CAMÉRAMAN retourne s'asseoir avec ses collègues de tournage.


Plus tard, PIERRE et trois de ses hommes de main sont au volant de puissantes voitures, et se stationnent devant l'hôtel. PIERRE porte des vêtements flamboyants. PIERRE et ses hommes entrent ensuite dans le restaurant. La radio se fait entendre. PIERRE balaye le restaurant du regard.


ANNONCEUR RADIO

Il a ajouté que

les fluctuations récentes

du taux de change n'étaient pas

sans montrer

des symptômes inquiétants...

Champagne, Robichaud,

Therrien, Genest, Fréchette,

Chaput et Gagnon se sont

illustrés pour les vainqueurs

tandis que Jasmin

évitait le blanchissage

pour le National.

Ailleurs, dans la Ligue

junior majeur du Québec,

Hull a défait Québec 3 à 2,

Cornwall s'est inclinée

devant Chicoutimi 4 à 3.

Dans la Ligue nationale,

Los Angeles a battu Toronto

2 à 1 et San Francisco a fait

match nul avec Vancouver 2 à 2.

Les Canadiens de Montréal

étaient inactifs hier,

mais demain soir,

ils recevront les Rangers

de New York au Forum.


GINA va à la rencontre de PIERRE et des hommes de main. PIERRE et GINA discutent brièvement. Le groupe quitte sous l'oeil amusé de l'équipe de tournage.


ANNONCEUR RADIO

On s'attend

à ce que cette partie

marque le retour au jeu de

Guy Lafleur, blessé à un genou

depuis deux semaines.

Dans l'Association mondiale,

Québec a perdu 5 à 2

contre Chicago.


CAMÉRAMAN

Ils en avaient des beaux.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Ils étaient au moins dix.

Au moins.


Le PRODUCTEUR se stationne devant l'hôtel et fait son entrée dans le restaurant, rejoignant l'équipe de tournage.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

(Tracassé)

Oh, oh, oh...


PRODUCTEUR

Salut.

On a des ennuis.


CAMÉRAMAN

Si on en avait pas,

tu serais pas là.


PRODUCTEUR

Vous êtes allés tourner

à l'usine ici hier.

Le gérant a averti

le bureau-chef de Montréal.

Et puis, le président de

la compagnie est allé manger

avec le commissaire hier soir

au

(langue_etrangere=EN)

Canadian Club.

(/langue_etrangere)

La production de votre film est

arrêtée à partir de ce matin.

J'ai pas voulu

vous dire ça au téléphone.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Ils ont pas le droit

de faire ça.


RÉALISATEUR

Ils ont le droit

de faire n'importe quoi.


PRODUCTEUR

De toute façon,

vous ne pouvez plus entrer

dans aucune usine

de textile au Canada.

Toutes les compagnies

sont prévenues.

À part de ça, ce matin à 9 heures,

l'assistant-commissaire

faisait saisir votre négatif.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

On a un syndicat.

Les gars vont nous défendre.


CAMÉRAMAN

Ah oui? Qui?


RÉALISATEUR

Non. Non, il faut essayer

d'aller sauver notre négatif.


L'équipe de tournage quitte la table.


PRODUCTEUR

Est-ce qu'il y en a un

qui veut remonter avec moi?

Je suis tout seul dans mon auto.


Plus tard, GINA et PIERRE discutent fermement dans la chambre de GINA, sous l'oeil averti des hommes de main.


GINA

Je suis tannée, là!

Ostie que je suis tannée!

Ça prend des crisses de chiens!

15, ostie, 15!

Je suis capable d'en prendre,

mais il y a une ostie de limite!

Il y a une ostie de limite!


PIERRE

On va commencer par aller dire

un mot à notre ami Marcel.


PIERRE et deux de ses hommes quittent la chambre. GINA pose sa tête sur les genoux du troisième homme, qui est resté avec elle. L'homme caresse les cheveux de GINA pour la consoler.


PIERRE et deux de ses hommes entrent dans le lobby de l'hôtel, croisant au passage le PRODUCTEUR. RITA est derrière le comptoir, avec le CAMÉRAMAN posté devant elle.


PIERRE

Marcel est pas là?


RITA

Il est à la Régie des alcools.


PIERRE

Tu lui diras

qu'on l'attend dans le bar.


PIERRE et ses deux hommes quittent le lobby.


RITA

Allez-vous revenir?


CAMÉRAMAN

Je sais pas.


RITA

Vous êtes pas

restés longtemps.


CAMÉRAMAN

Non.


RITA

Bonjour.

Bonne chance.


CAMÉRAMAN

Bonjour. Bonne chance

à vous aussi.


RITA regarde tristement le CAMÉRAMAN quitter le lobby.


Plus tard, l'ASSISTANT CAMÉRAMAN cogne à la porte de la chambre de GINA.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Je voulais pas partir

sans te dire bonjour.


GINA

Bonjour.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Il y a rien

qu'on peut faire pour toi?


GINA

Quoi?


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Je sais pas.

Je voulais te demander ça:

c'est quoi ton nom?


GINA

Gina.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

Non, ton vrai nom.


GINA

Gina.


ASSISTANT CAMÉRAMAN

OK, salut.


GINA

Salut.


GINA retourne sèchement dans sa chambre, laissant l'ASSISTANT CAMÉRAMAN pantois.


Plus tard, l'équipe de tournage se gare près de l'usine. Le RÉALISATEUR interpelle DOLORÈS près d'une cantine mobile. Les deux discutent à travers une clôture de barbelés.


RÉALISATEUR

Dolorès.


DOLORÈS

Allô.


RÉALISATEUR

Allô.

On a des ennuis avec le film.

Il faut qu'on retourne

à Montréal.

J'ai laissé l'album

de photos chez ta mère.


DOLORÈS

OK.


RÉALISATEUR

OK?


DOLORÈS

Bon voyage.


RÉALISATEUR

OK, merci.


DOLORÈS

Il faut que j'y aille.


Le RÉALISATEUR regarde DOLORÈS qui entre dans l'usine. Un policier interpelle ensuite le RÉALISATEUR.


POLICIER 1

(langue_etrangere=EN)

You're not allowed

to stand there.

(/langue_etrangere)


RÉALISATEUR

(mot_etranger=EN]What?[/mot_etranger)


POLICIER 1

(langue_etrangere=EN)

You're not allowed

to stand there!

(/langue_etrangere)

Il vous est pas permis

de rester ici!

C'est le terrain

de la compagnie ici!

Voyons!


Le RÉALISATEUR bouscule le POLICIER 1 en le projetant violemment contre la clôture. Le CAMÉRAMAN agrippe ensuite le RÉALISATEUR et le force à entrer dans la voiture. L'équipe de tournage quitte l'usine en trombe.


Plus tard, PIERRE est accoudé au bar, discutant avec MARCEL. Derrière le bar, RITA range des coupes de vin.


PIERRE

Il y avait un club de skidoo

hier soir dans le club?


MARCEL

Oui.


PIERRE

Je veux savoir le nom

de tous ceux qui étaient là.

Je veux savoir

tout ce que vous savez.


MARCEL

Moi, j'ai un commerce.

J'ai besoin des clients.

(mot_etranger=EN]Anyway[/mot_etranger)

,

je veux pas

avoir de trouble.


PIERRE

C'est justement ça.


PIERRE pousse tranquillement un cendrier, qui se fracasse au sol.


RITA

(Affolée)

Ils se tiennent

dans un bateau abandonné

au bout de la rivière

proche du fleuve.

Passé le chantier maritime.


PIERRE remercie RITA d'un signe de tête.


Plus tard, plusieurs motoneigistes se baladent, sous l'oeil attentif des hommes de main de PIERRE.


GINA rejoint BOB dans un bar.


GINA

Tu me reconnais pas?

T'étais moins gêné que ça hier.


BOB cale son verre et quitte le bar en motoneige.


GINA retrouve BOB au comptoir d'un commerce de boissons alcoolisées.


GINA

Tu bois tout le temps

aujourd'hui.

T'as-tu des peines d'amour?


BOB prend sa commande et quitte le commerce. GINA reste devant le comptoir.


GINA

Deux 26 onces de gin

(mot_etranger=EN]Tanqueray.[/mot_etranger)


GINA croise DOLORÈS dans la rue. GINA porte un sac contenant deux bouteilles d'alcool.


DOLORÈS

Bonjour.


GINA

Bonjour.

T'as fini de travailler?


DOLORÈS

Oui.

(Soupirant)

Il faut que je me dépêche.

Mon fiancé m'attend à la maison.


GINA

C'est ça, dépêche-toi.


De retour au bar de l'hôtel. RITA discute avec PIERRE.


RITA

Vous devriez pas faire de

trouble. Ça donne jamais rien.


PIERRE

Oui, hein?

As-tu déjà vu

des statues dans des parcs?


RITA

Des quoi?


PIERRE

Des statues dans

des parcs devant des édifices.


RITA

Oui.


PIERRE

As-tu déjà vu

la statue d'un gars

qui a jamais fait

de mal à personne?


RITA

Je sais pas.


PIERRE

Moi, j'ai vu

la statue de Duplessis,

la statue de Churchill,

la statue du général de Gaulle,

la statue de Napoléon...

Tous des chiens sales.

Toute une gang de tueurs.

Pis c'est ça

que le monde respecte.

Les gars qui se tiennent icitte

à tous les soirs,

essaie de les aider.

Essaie de leur ôter leur skidoo.

Ils vont te cracher

dans la face.

Essaie de les fourrer

par exemple.

Fais venir une danseuse

pour les faire boire. Crisse!

Ils vont s'endetter pour venir

te porter leur argent.

Ils vont se saigner à blanc.

Tu le sais, c'est ça

que tu fais, ton mari pis toi.


RITA glousse.


PIERRE

Ça sert à rien de brailler.

Il faut que le monde

ait peur de toi.

Il y a rien que ça

qu'ils comprennent.


La nuit tombée, un HOMME DE MAIN s'informe auprès d'un déneigeur en bordure de route.


HOMME DE MAIN

Le chantier maritime?


DÉNEIGEUR

(Pointant)

c'est drette là-bas.


PIERRE et ses hommes de main se stationnent près du chalutier abandonné. PIERRE ouvre le coffre de sa voiture, les hommes prenant des bâtons de baseball et des grosses chaînes comme armes. GINA patiente dans la voiture, pendant que PIERRE et ses hommes se dirigent vers le chalutier.


Pendant ce temps, BOB, TITEL, CAROLE et d'autres motoneigistes discutent à l'intérieur du chalutier.


BOB

Je l'ai vue aujourd'hui.

Deux fois.


TITEL

Hein?


CAROLE

Pis?


BOB

Ça me fait rien.


TITEL

(Repentant)

On aurait pas dû faire ça.


CAROLE

Ces filles-là,

ça marche pas avec la police.

Oublie ça, là.

Viens, on va aller faire un tour

dans la cabine du capitaine.


PIERRE et ses hommes montent discrètement à bord du chalutier. Tous se dispersent. L'un des hommes s'approche d'une cabine, observant à travers le hublot TITEL et CAROLE en train de batifoler.


Un motoneigiste sort à l'extérieur pour uriner. Un des hommes de main l'assomme en lui lançant un énorme bidon à la tête.


Un deuxième motoneigiste sort uriner à son tour.


MOTONEIGISTE

(Cherchant le premier motoneigiste)

Tu pisses donc bien fort.


Le MOTONEIGISTE se fait assommer d'un coup de bâton de baseball.


L'HOMME DE MAIN fait irruption dans la cabine où se trouvent les motoneigistes. Une bagarre éclate. BOB et d'autres motoneigistes réussissent à se sauver.


TITEL sort sa tête du hublot de sa cabine pour voir ce qui se passe. Il se fait assommer d'un coup de barre de fer en plein visage. Apeurée, CAROLE se cache sous le lit.


Un homme de main entre dans la cabine, sautant à pieds joints sur le lit pour écraser CAROLE.


La bagarre se poursuit dans la cabine principale. PIERRE martèle violemment un motoneigiste.


Un homme de main projette une motoneigiste dans une cheminée installée sur le pont du chalutier.


Un motoneigiste tente de se sauver de la cale du chalutier en grimpant à une échelle. Un homme de main referme violemment l'écoutille, faisant tomber le motoneigiste.


Dans le tumulte, BOB, TITEL et un autre motoneigiste se sauvent en motoneige, sous les yeux de GINA. BOB est seul sur sa motoneige, alors que TITEL est le passager du motoneigiste. GINA prend le volant de la voiture de PIERRE, pourchassant ensuite le trio sur les pistes.


TITEL tombe de la motoneige. GINA fonce sur lui en lui écrasant la jambe au passage.


GINA pourchasse BOB et le motoneigiste. GINA force le motoneigiste à sortir de piste, terminant sa course dans l'eau glacée de la rivière.


GINA arrête la voiture, montant ensuite sur le toit pour voir BOB se sauver au loin dans la nuit. GINA reprend le volant, rattrapant ainsi BOB.


GINA et BOB sont au coude à coude. D'un coup de volant, GINA pousse la motoneige de BOB vers une déneigeuse, qui roule en sens inverse. BOB est tué en étant broyé par la déneigeuse. Le corps déchiqueté de BOB est ensuite régurgité par la déneigeuse.


Plus tard, GINA est dans un aéroport, en attente de prendre l'avion. Des musiciens jouent de la musique mexicaine pour les voyageurs.


Plus tard, le RÉALISATEUR, l'ASSISTANT CAMÉRAMAN, le CAMÉRAMAN et le PERCHISTE font partie d'une équipe de tournage qui filme une scène en pleine rue. La scène se constitue d'un policier arrivant sur les lieux d'un meurtre, le corps d'un homme gisant aux pieds de la femme qui l'a tué.


ACTRICE

(Regardant le cadavre)

Je l'ai tué

parce que je l'aimais.


RÉALISATEUR

OK, coupez.


VOIX ASSISTANT-RÉALISATEUR

OK, coupez.

OK, on l'a dans la boîte.

C'est fini.


L'ACTRICE rejoint le CAMÉRAMAN et l'ASSISTANT CAMÉRAMAN près de la caméra.


ACTRICE

Pis?


CAMÉRAMAN

Parfait.


ACTRICE

Ça allait, oui?


CAMÉRAMAN

Oui, oui.


ACTRICE

Ça donnait une belle image?

Dis-moi, mes cheveux

cachaient pas trop...?


CAMÉRAMAN

Non. C'était bien bon.


ACTRICE

T'as pas vu mon micro?


CAMÉRAMAN

Non.


ACTRICE

Bon, OK.

Je me suis couchée tôt hier

pour être en forme ce matin.


CAMÉRAMAN

T'es super en forme.


ACTRICE

T'es fin!


Le RÉALISATEUR discute avec les acteurs jouant le policier et l'homme abattu.


ACTEUR POLICIER

Pis, comment ça a été?


ACTEUR HOMME TUÉ

Le micro était pas

dans la

(mot_etranger=EN]shot?[/mot_etranger)


RÉALISATEUR

Je pense pas.


ACTEUR POLICIER

(Regardant des techniciens)

Il était-tu dans

la [mot_etranger=EN]shot[/mot_etranger],

le micro?

(Rigolant)

C'est ben la première fois!


Plus tard, sur le parvis d'une église, un photographe prend une photo des nouveaux mariés DOLORÈS et JACQUES, entourés de leurs proches. En alternance, un avion décolle.


Générique de fermeture




Films

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Cinéma
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Fiction

Résultats filtrés par